Le congé de paternité passe de 11 à 25 jours

 

Publié le 30/06/2021  par Fabrice Dedieu sur syndicalismehebdo.fr

À partir du 1er juillet, le congé de paternité et d’accueil de l’enfant va connaître une sensible croissance. Sa durée passe de 11 jours à 25 jours à l’occasion de la naissance d’un enfant, et de 18 à 32 jours en cas de naissances multiples.

 

 

Depuis juin 2019, la CFDT dénonce une réforme de l’assurance chômage qui frappe de plein fouet les travailleurs les plus précaires.

À partir du 1er juillet, le congé de paternité et d’accueil de l’enfant va connaître une sensible croissance. Sa durée passe de 11 jours à 25 jours à l’occasion de la naissance d’un enfant, et de 18 à 32 jours en cas de naissances multiples. Ces durées sont fractionnables, avec une part de jours obligatoires à prendre immédiatement après la naissance en plus des trois jours prévus par le code du travail. Pour bénéficier de ces nouvelles modalités, il faut que l’enfant soit né à partir du 1er juillet 2021. S’il est né quelques jours avant, mais que la naissance était prévue après le 1er juillet, le père sera aussi éligible à cette nouvelle durée.

 
Une revendication historique de la CFDT
C’est en septembre 2020 que le gouvernement a annoncé l’allongement du congé de paternité, une revendication historique de la CFDT. Jocelyne Cabanal et Béatrice Lestic, secrétaires nationales de la CFDT, avaient alors salué dans un communiqué « une avancée sociale majeure » en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. Toutefois, le gouvernement peut aller encore plus loin : « La CFDT préconise à terme un congé de deux mois. » Elle demande également de « rendre automatique pour tous la moitié de ce congé à la naissance de l’enfant ». Une « mesure de justice », alors que te taux de recours au congé paternité varie sensiblement selon la situation professionnelle (80 % de personnes en CDI contre 48 % des CDD), selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales.